Publié le

Les 3 leviers pour faire de LinkedIn ton meilleur atout professionnel

On peut être sur Linkedin en mode fantôme. C’est le cas de 90% des personnes inscrites. Même si ce chiffre tend à diminuer, il te reste suffisamment de marge pour faire partie des 1% de créateurs de contenu. Dans cet article je te livre les 3 leviers à actionner pour faire de LinkedIn ton meilleur atout professionnel. Attention ça va dépoter !

Les 3 leviers à actionner sur LinkedIn

Être actif sur Linkedin ne se résume pas à publier du contenu. Publier sans intention c’est un coup d’épée dans l’eau. Publier n’est pas la finalité en soi, c’est juste le prétexte pour te constituer un réseau et donc des opportunités professionnelles.

Pour arriver à tes fins voici les 3 leviers à actionner pour faire de LinkedIn ton meilleur atout professionnel :

  • Bâtis ton projet : quel est ton projet, à qui veux-tu t’adresser et comment ?
  • Publie du contenu qui sert ton projet : quelles thématiques vas-tu aborder ? A quel rythme et sous quelle forme ?
  • Réseaute ou Networke : qui souhaites-tu aborder ? Comment vas-tu les aborder ? Et comment entretenir ton réseau pro ?

Voilà les questions auxquelles je vais répondre dans cet article.

Bâtis ton projet

Pourquoi est-ce si important de définir ton projet ? Parce que pas de communication sans intention ! Voici différentes raisons pour lesquelles il est important que tu saches pourquoi tu veux être visible sur LinkedIn :

  • Garder ton cap et ne pas t’éparpiller : sinon tu vas perdre ton interlocuteur et à trop vouloir parler de tout et de rien tu ne vas pas leur inspirer confiance.
  • Savoir te mettre en avant et être reconnaissable : tu as déjà entendu parler Personal branding ? Je te livre ma méthode pour le construire en 6 étapes dans cet article. Sache que c’est la clé de voûte de toute communication sur LinkedIn.
  • Déclencher l’adhésion à son projet, à ses valeurs : en parlant de toi et de tes projets, tu vas attirer des personnes qui vont apprécier ton contenu et ta personnalité. On attire les personnes qui nous ressemblent !
  • Te faire repérer par des employeurs et des pairs : si tu échanges avec tes pairs ou les experts du cœur de métier cela ne laissera pas les recruteurs indifférents. Démontrer par la pratique, c’est toujours plus puissant que d’affirmer une chose.
  • Distingue-toi des autres : A compétences équivalentes, démontrer ta motivation et ton état d’esprit peut faire la différence entre un autre candidat moins actif et toi.
  • Construire un capital sympathie et créer la confiance : On accorde plus facilement quelque chose aux personnes en qui on a confiance. Et la confiance vient quand on connaît une personne. Ceux qui vont te suivre sur LinkedIn, vont le faire parce qu’ils t’apprécient toi et ton contenu.
  • Se constituer un solide réseau professionnel : près de 30% des offres d’emploi sont cachées et pourvu par le réseau. Ça laisse songeur non ? Sans compter le nombre d’opportunités d’échanger avec des experts et de progresser. Donne sans compter, rends service et ton réseau te le rendra.

Publier sur LinkedIn OK, mais pour dire quoi ?

« Je n’ai rien à dire, je ne suis pas intéressant » c’est ce que j’entends le plus souvent de mes clients. Chacun plongé dans sa routine pense que tout le monde est au même niveau de connaissance que lui. Détrompe-toi ! On considère que tu es un expert lorsque tu as 20% de connaissance en plus sur un sujet donné. Ton retour d’expérience peut être profitable aux personnes qui vivent les mêmes situations que toi.

Pour chaque métier tu peux donc :

  • Parler de tes problématiques métiers, relationnelles, managériales, en toute bienveillance. Ici l’idée n’est pas de régler tes comptes ou de dénoncer des personnes.
  • Parler de ton secteur d’activité et raconter tes compétences : plutôt que d’énumérer ce que tu fais, raconte un cas concret : quel était le problème comment tu l’as résolu et en mobilisant quelles compétences, et ce que tu en as tiré comme enseignement.
  • Parler de toi (professionnellement ou personnellement), ce qui te plaît dans ton job (ou ce qui ne te plaît pas/plus), comment t’es venue ta vocation, comment tu as bâti ta carrière…
  • Parler de la vie de ton entreprise (avec l’accord de votre hiérarchie), les fêtes, les anniversaires, les séminaires… Ton employeur sera certainement ravi que tu parles (en bien) de ton entreprise et qu’en donne une bonne image. De plus en plus de salariés sont très moteurs dans l’activité de leur boîte.
  • Parler de tes projets, tes rencontres de ce qu’elles t’apportent et pourquoi.
  • Parlez de tes activités extraprofessionnelles, tu es président d’une asso ? Tu es un collectionneur de BD ? Tes activités extraprofessionnelles mettent en avant ton équilibre de vie.

Sois un connecteur : deviens le roi du networking

Je n’aurais pas cette carrière professionnelle si je n’avais pas construit de réseau professionnel. Publier n’est pas une fin en soi, ce n’est qu’un prétexte pour engager la conversation. Un réseau social comme un réseau professionnel, c’est avant tout de la relation humaine.

Pour Networker efficacement, fixe-toi ces principes de bases :

  • Ton regard doit porter au loin, ne t’engage pas dans la démarche si tu espères des résultats à très court terme,
  • Ton réseau doit être basé sur la confiance et la réciprocité.
  • Donne pour recevoir, et surtout donne sans rien n’attendre en retour !

Voilà tu connais maintenant les 3 leviers pour faire de LinkedIn ton meilleur atout professionnel. Si tu as envie de te lancer et que tu ne sais pas par où commencer, ma formation en learning « (Re)prends le contrôle sur ta com’ » est fait pour toi !

Tu aimes mes articles ? Abonne-toi à ma newsletter et reçois-la directement dans ta boîte mail

Publié le

Pourquoi communiquer sur Linkedin quand on est salarié ?

Au risque de te surprendre cela fait bien longtemps que Linkedin est bien plus qu’une cvthèque en ligne ! On y va plus seulement pour trouver un nouveau job. Il est devenu l’El Dorado des entrepreneurs. Ils ont bien compris l’intérêt de cette plateforme en termes de visibilité et d’opportunité business. Pour autant, les salariés bien que présents, sont très peu actifs. Dans cet article, je t’explique pourquoi communiquer sur Linkedin quand on est salarié n’est plus un choix mais une nécessité absolue.

Pourquoi communiquer sur Linkedin quand on est salarié

Pourquoi prendre la parole sur Linkedin quand on est salarié ?

Selon Pôle Emploi les jeunes générations changeront entre 13 à 15 fois de métiers durant leur carrière. Finie les parcours linéaires ou tu commençais ta vie professionnelle comme banquier et tu la finissais comme tel. sans compter le plus en plus de personnes qui exerce leur activité en mode hybride : salarié et indépendant.

Selon une autre étude publiée par Dell et l’Institut pour le futur, 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore. Autant te dire que les recruteurs n’ont pas fini de s’arracher les cheveux avec les « parcours atypiques ». ils vont devenir la norme. Et la formation tout au long de la vie la pierre angulaire du « Futur of work ».

Le monde du travail change et le mot d’ordre est : « évolutif ». Les Générations Y, Y et même Z privilégient avant tout leur équilibre de vie. Ils veulent donner du sens aux actions qu’ils accomplissent.

Investir sur toi, tes compétences et ton savoir-être est donc la meilleure option pour piloter ta carrière sur le long terme. Cela te permettra de surfer sur les opportunités qui se présenteront à toi. Mais tout cela ne se fait pas du fond d’une grotte.

Pour piloter ta carriere professionnelle ne reste pas au fond de ta grotte

Tu dois être visible :

  • Pour te faire un nom, une réputation et être reconnu professionnellement,
  • Construire ton capital de sympathie et créer la confiance avec tes interlocuteurs,
  • Te sentir moins isolé dans ta pratique professionnelle surtout si tu choisi de te reconvertir dans un e nouveau métier
  • Défendre ton projet, évoluer ou lancer ta nouvelle activité.

Mais pourquoi ça bloque ?

Mais si c’est aussi crucial alors pourquoi y-a-t-il si peu de salariés actifs sur Linkedin ? 🙄 C’est exactement la question que je me suis posée. Pour y répondre je suis allée à la rencontre de salariés sur Linkedin pour les interroger. Entre avril et juin 2022, j’ai interrogé un vingtaine de salariés, femmes, hommes, cadres ou non cadres.

Ce qui les freine se résume en 2 grandes tendances : ils n’en voient pas l’intérêt ou ils ont peur de publier. Plus en détail ça donne :

  • N’en voit pas l’intérêt, ils n’ont pas besoin de trouver du boulot car ils sont en CDI et satisfait de leur situation.
  • Ils méconnaissent Linkedin et le trouve encore trop sérieux, trop collet-monté
  • Ils ne sait pas quoi dire : « je ne suis pas intéressant, je n’ai rien n’a dire »
  • La peur d’être jugé par ses collègues, d’être ridicule sont aussi très fortes,
  • La peur de dire des « bêtises » et de mettre l’entreprise dans l’embarras,
  • Si je suis actif sur Linkedin, mes boss vont croire que je veux quitter mon job,
  • Et la peur d’être mis au placard en représailles, certaines entreprises vivent encore l’expression de leur salariés comme de la concurrence.

Qu’en pensent les salariés qui ont franchi le pas ?

Heureusement, il existe des salariés qui osent s’exprimer sur Linkedin. La pratique est d’ailleurs complètement intégrée chez les anglo-saxons. Le networking est pour eux une composante de l’activité professionnelle au meme titre que le mail.

Les salariés qui sont actifs sur les réseaux sociaux déclarent prendre du plaisir à partager, échanger avec d’autres personnes. En majorité, ils sont surpris par la bienveillance de LinkedIn et la qualité des contenus. Quand on connait la violence de certains réseaux sociaux, c’est d’autant plus appréciable non ?

De manière unanime, ils regrettent de ne pas l’avoir fait plus tôt et reconnaissent qu’ils s’en faisaient tout un monde. Ils se sont lancés avant tout pour eux mais aussi (un peu) pour promouvoir leur entreprise.

Enfin pour ceux qui sont présents depuis plus longtemps, ils reconnaissent avoir profité d’opportunités pour leur activité professionnelle dont ils n’auraient pas eu connaissance sans LinkedIn.

Fais l’expérience par toi-même : tape #PremierPost dans le champs de recherche de Linkedin.
Tu trouveras des dizaines de témoignages qui corroborent mes propos.

Qu’en pensent les recruteurs ?

Cette étude n’aurait pas été complète si je n’avais pas interrogé de recruteurs. Pour que cela soit le plus représentatif j’ai mixé les profils d’indépendants du placement ou du recrutement et des profils de RH salariés.

Deux écoles se dessinent. Pour te la faire courte, les jeunes générations de recruteurs indépendants ont fait de Linkedin leur terrain de jeu. Pour eux l’objectif : se constituer un réseau le plus vaste et qualitatif pour pouvoir satisfaire leur client avec des profils compétents. Ils s’attachent aux contenus des profils ( candidats ou non d’ailleurs) mais aussi à tisser du lien pour mieux cerner leur mindset et leur personnalité.

La seconde école, plus vieux jeu, est essentiellement composée de salariés de plus de 40 ans en poste. LinkedIn reste anecdotique. leur arme : les Cvthèques professionnelles. Ils ne misent sur Linkedin que pour certains postes, et pour vérifier la réputation du candidat. Dans mon échantillon d’interviews, ils étaient assez minoritaires.

Tu l’auras compris investir sur toi c’est te donner toutes les chances de piloter ta carrière professionnelle. Maintenant que tu sais pourquoi communiquer sur LinkedIn quand on est salarié, ça te dirait d’aller plus loin ? En ce cas lis cet article « les 3 Leviers à actionner pour faire de LinkedIn ton meilleur atout professionnel« .

Publié le

Comment bâtir une stratégie de marketing digital efficace

Aujourd’hui pour entreprendre et réussir, il faut être sur internet et les réseaux sociaux. Comment faire pour être visible et reconnu par nos futurs clients sans s’éparpiller ? Ou comment fidéliser les clients si volatils ? Tout simplement en ayant un plan d’attaque imparable : une bonne stratégie de marketing digital. Voyons comment bâtir une stratégie marketing digital efficace.

Comment construire sa stratégie de marketing digital

Définir les objectifs d’une stratégie de marketing digital

Soyons clairs : tu ne peux pas bâtir une stratégie de marketing digital efficace si tu n’as pas d’objectifs clairement identifiés. Il faut les choisir en fonction de tes ressources et de la taille de ton entreprise. Par exemple, tu ne peux pas avoir les objectifs d’une multinationale si tu as une PME de 20 salariés. Cela semble évident et pourtant. Alors, pour être sûr de ne pas te planter, je te recommande la méthode SMART.

Définir les objectifs de sa stratégie marketing avec la méthode SMART

Il existe 3 types d’objectifs en marketing digital : faire plus de chiffre d’affaires, accroître sa notoriété sur le web ou fidéliser ses clients. Il s’agit d’objectifs généraux qui nécessitent d’être précisés. C’est ce que permet la technique marketing SMART qui est d’une efficacité à toute épreuve. SMART, c’est un acronyme de 5 lettres signifiant :

  • Spécifique : il faut que l’action marketing que tu vises soit simple et comprise par tous. Évite les formulations trop vagues ou ambiguës comme « je veux faire plus de chiffre d’affaires ». Plus de CA, c’est combien ? C’est comment tu penses y arriver ? Est-ce que tu parles vraiment du chiffre d’affaires ou des bénéfices ?
  • Mesurable : en définissant ton objectif stratégique, aies en tête la façon dont tu vas l’évaluer. Par exemple si ton objectif est « je veux être plus visible sur les réseaux sociaux », comment vas-tu le mesurer ? À ton nombre d’abonnés ? Ou au nombre de likes sur tes publications ou de commentaires ?
  • Atteignable : l’objectif doit être difficile mais possible. Pour cela, il doit être en cohérence avec les moyens dont tu disposes pour l’atteindre. Si déjà la mise en œuvre de ton action est trop lourde ou longue, il va être difficile d’atteindre tes objectifs. Ton plan est de devenir le leader sur le web et ton marché est hautement concurrentiel, quels vont être tes leviers ? Tu n’as pas de site Internet, ni de budget pour le créer et le promouvoir, ça va être compliqué d’atteindre les objectifs de ton plan marketing…
  • Réaliste : tu connais l’adage « il y a une différence entre vouloir et pouvoir » ? Il faut que tes objectifs stratégiques soient en corrélation avec tes moyens. Si tu es indépendant, ta capacité de travail se limite au nombre de clients que tu es en capacité de gérer… Donc si ton objectif est d’avoir un chiffre d’affaires de 100 000€ mensuel et que pour cela tu dois avoir 50 clients alors que tu ne peux en gérer que 15… C’est mission impossible.
  • Temporel. Enfin, dernier point : ton objectif doit être limité dans le temps. 3 mois, 6 mois, 1 an peu importe mais pas dans 30 ans… En général, on fixe des objectifs SMART pour l’année en cours avec des rapports ou des bilans intermédiaires.

Évaluer les objectifs et rajuster sa stratégie de marketing digital

Selon les ambitions de ton plan marketing, ta stratégie peut s’étaler sur 1, 3 ou 5 ans. Si c’est le cas, il faut te fixer des objectifs intermédiaires. Ces étapes sont déterminantes car elles te permettent de rectifier le tir si un élément ou un levier de ta stratégie marketing ne fonctionne pas.

La méthode SMART te permet de voir si à 3 mois, 6 mois, tu atteins tes objectifs. Si ce n’est pas le cas, cherche (objectivement) à comprendre où le bât blesse et corrige ta stratégie. Il se peut que tu aies été trop ambitieux ou que la conjoncture ait été moins favorable que prévu. Ce bilan intermédiaire de ta stratégie de marketing digital te sert d’alerte.

Sans évaluation pas de stratégie efficace !

Apprends à connaître ton client idéal

Avoir une idée de business c’est bien mais la tester sur le marché et sur ton audience c’est mieux.

Qui est ton client idéal ? Est-ce que ton client idéal à un intérêt pour ton offre, ton prix est-il adapté ?

Tout cela, tu le sauras en travaillant sur ton « buyer persona« .

  • Quels sont les intérêts de tes clients pour ton offre ?
  • Connais-tu les types de problèmes qu’ils rencontrent et comment ton service ou produit peut les résoudre ?
  • Quels sont les comportements d’achat de ta cible, qu’est-ce qui va motiver leur décision d’achat ?

La connaissance de ta clientèle doit être au centre de ta stratégie de marketing digital. Elle te permet de dessiner plusieurs hypothèses de vente (tunnels de vente) en fonction de ton audience, de ton prospect et de ton client.

L'importance de bien construire ses buyers persona pour sa stratégie marketing digital.
Les personas ne peuvent pas se résumer à des critères démographiques, il faut qu’ils intègrent des habitudes de consommations et des motivations d’achat.

Ta stratégie de marketing digital doit aussi prendre en compte la fidélisation de tes clients. En effet, vendre à des prospects c’est bien mais vendre à une clientèle qui te connaît déjà, qui connaît ta valeur et qui est en confiance ça n’a pas de prix. C’est une stratégie payante sur le long terme.

Un client satisfait c’est un client qui sera susceptible de te laisser une bonne évaluation. N’hésite pas à leur demander de déposer des avis sur ta page Goggle My Business. Puis, avec leur accord, tu pourras publier leur appréciation sur tes réseaux sociaux ou ton site Internet.

Choisir les canaux de diffusion de sa stratégie de marketing digital

Tu connais ton offre, ton marché et les attentes de tes clients. Maintenant, quels leviers marketing vas-tu mettre en place ? Comment vas-tu organiser ta présence sur le web ? La réponse, elle est vite répondue ! Tu vas opter pour les réseaux de diffusion qui captent tes cibles.

Tu sais que les jeunes sont plutôt sur les réseaux sociaux comme Tik Tok ou Youtube, si ta cible est les professionnels sur LinkedIn, et pour les quarantenaires tu peux aller sur du podcast.

Une fois que tu as défini sur quels canaux se trouve ta cible, il reste encore de nombreuses voies à explorer pour organiser ta campagne de marketing digital. Sans oublier que chaque canal peut répondre à un des 3 objectifs cités plus haut : visibilité/notoriété, vente (augmentation du chiffre d’affaires) ou fidélisation des clients. Chacun a donc son intérêt et il est tout à fait possible de les mixer.

Aucun, et je dis bien aucun de ces canaux n’est gratuit.

Sache-le !

Au mieux, ils ne te coûteront pas d’argent mais ils te coûteront du temps. Préparer des publications pour ton blog ou tes réseaux sociaux, nécessite un long travail préparatoire et du temps de rédaction. Il en est de même pour une chaîne Youtube ou une émission de Podcast.

Inbound, outbound ou growth hacking ?

Pour le choix des canaux, 3 écoles de marketing s’offrent à toi : l’inbound marketing, l’outbound marketing et le Growth hacking.

La première école consiste à produit du contenu de qualité pour faire venir le client à toi par le « search » ou « le social selling ». Tu instaures de la confiance pour engager ton prospect et lui donner envie de travailler avec toi et uniquement avec toi. Cette méthode mise sur le long terme et un branding particulièrement soigné.

La seconde, l’outbound est d’aller chercher ses clients par le biais de séquences de mails par exemple ou de contenus gratuits (leads magnets : livre blanc, webinaire) ou d’essais gratuits (freemium). Ici tu mises sur des pratiques un peu plus intrusives, perçues parfois comme agressives. Tu es sur un temps plus court, tu cherches le resultat sur le court terme plutôt que le long terme.

Enfin le growth hacking est surtout utilisé par les start’up qui n’ont qu’un seul produit/offre et qui ont besoin de croissance tres rapide. Le plan d’action vise les leviers de croissance les plus rapides et l’itération. On est les 2 pieds dans le test and learn. Si tu ne veux pas avoir le nez dans l’analytique, le growth n’est pas fait pour toi.

Cela fait beaucoup de définitions et de concepts aux termes anglophones, mais le marketing digital vient des Etats-Unis et peu de termes sont traduits en français !

Google ads ou les social ads ?

Enfin, pour compléter ce tableau, il existe aussi tous les leviers de la publicité en ligne, les « Ads » pour advertising : Google Ads, Facebook Ads etc… Et pour finir le « display » qui regroupe les bannières publicitaires.

Quelles que soient les techniques retenues Inboung ou Growth hacking ou les canaux sélectionnés (search, publicité, articles de qualité, podcast) tu devras créer des contenus qui soient en cohérence.

Si tu n’es pas expérimenté sur le paramétrage des campagnes de publicité digitale, je te recommande de passer par une agence de marketing digital ou de faire appel à un freelance spécialisé.

Affûter ses leviers marketing et sa stratégie de contenu

Si tu as bien étudié ta cible, tu connais leurs problématiques, leurs motivations d’achat et leurs freins. Cela te donne une bonne base de contenus à produire pour attirer, convertir, engager et fidéliser tes cibles. Ce sont les différentes étapes du tunnel de conversion marketing.

Exemple de stratégie marketing de contenu

  • 1 – Attire ton audience par la publication de posts à forte valeur ajoutée sur un réseau social. Ensuite, tu peux également mettre en parallèle une campagne Google ADS sur tes mots-clés qui redirigent vers ton site internet ou tes articles de blog.
  • 2 – Lorsque tu commences à avoir une petite audience, propose un webinaire gratuit ou un livre blanc ou un entretien gratuit pour collecter les mails de tes prospects. Bien évidemment, ne participeront à cette offre gratuite que des personnes intéressées par la problématique que tu soulèves. Enfin, tu peux aussi leur proposer d’adhérer à ta newsletter.
  • 3 – Aux termes du webinaire, présente tes services ou ton offre. Puis, propose aux participants un entretien gratuit pour échanger avec toi sur leurs problématiques ou de leur faire un devis gratuit.
  • 4 : Tu as fait ta vente et exécuter ta prestation : parfait ! Demande à tes clients de laisser un avis et demande leur pourquoi ils t’ont choisi toi. Enfin, tu peux fidéliser tes clients en leur adressant du contenu exclusif par le biais de ta newsletter.

La production du contenu digital

Dans ce schéma en 4 étapes très synthétique, on voit donc que tu vas devoir :

  • Rédiger et organiser des articles pour les réseaux sociaux, ou ton blog ou site Internet. Tes textes doivent être accompagnés par des illustrations, des carrousels, des infographies. Organise ton contenu en 3 grandes catégories : du contenu très grand public, du contenu plus spécialisé, et enfin du contenu extrêmement pointu.
  • Créer ou optimiser ton site Internet pour accueillir les internautes qui auront cliqué sur votre campagne de Google ADS, créer une page de destination attractive, avec des textes persuasifs. Après cela, tu devras mettre en place un formulaire pour recueillir les adresses mails pour les inscriptions au webinaire ou à ta newsletter. Reste maître de tes données !
  • Préparer un webinaire et t’assurer que la technique suive,
  • Collecter des adresses mail RGPD friendly et mettre en place une newsletter.

Test and learn

Ta stratégie de contenu est capitale. Il faut beaucoup tester : les types de contenus, les formats et analyser ce qui fonctionne ou pas.

Enfin dernier point, ton contenu doit refléter ta personnalité si tu es un entrepreneur et les valeurs s’il s’agit d’une entreprise. Si ton contenu est trop impersonnel, tu risques de ne pas intéresser tes lecteurs. Pas d’humain, pas d’implication.

« Focus on how to be social, not how to do social « 

Jay Baer
Expert en Marketing digital et auteur de nombreux best-sellers Sur le sujet

Planifier sa campagne de marketing digital

Maintenant que tu sais ce que tu veux vendre ou proposer, à qui, par quels leviers et que tu as choisi tes canaux, il ne te reste plus qu’à planifier ta campagne.

La planification humaine

Pour cela tu as 2 options : tu peux bâtir toi-même les différentes actions de ta campagne, organiser les éléments en cohérence autour de différents scénarios. Ce plan nécessite du temps et de l’organisation.

Pour t’aider tu as des logiciels comme Notion peut t’aider. Attention de ne pas te laisser déborder .

La planification « automation »

Tu peux aussi en automatiser une partie ou totalité au travers de CRM d’automation (mon conseil Lemlist). Par exemple, cet outil te permet de construire tes séquences de cold mail en fonction de l’impact qu’ils auront sur ta cible. Si ton mail est ouvert cela déclenche telle action, s’il est cliqué, une autre action et s’il n’est pas ouvert ton prospect est écarté.

Il en est de même pour tes campagnes de Goggle Ads ou de social Ads. Ces logiciels terme, ensemble permettent d’avoir une vue d’ensemble de ta campagne et d’optimiser l’impact de ta compagne.

Pour l’élaboration de ton plan et la mise en œuvre de tes actions et réaction, tu trouveras de nombreux guides pratiques et tutos. Toutefois, cette partie étant très technique et assez fastidieuse, je te conseille de faire appel à une personne d’expérience et experte en la matière !

Évaluer sa stratégie de marketing digital

Pas de campagne sans évaluation ! Ça, c’est une règle fondamentale !

Est-ce que ta stratégie t’a aidé à atteindre tes objectifs ? Oui, non ? Évalue ce qui a fonctionné et pourquoi, ce qui n’a pas fonctionné et pourquoi. Cette analyse te permettra d’être plus performant et d’affiner tes stratégies de marketing digital.

Voilà comment bâtir une stratégie marketing digital efficace ! En résumé : respecte bien les différentes étapes, pas forcement dans l’ordre si certaines te posent plus de problèmes que d’autres. Pour ce qui est des idées de contenus, ou des types d’actions, abonne-toi à ma newsletter et reçois mes astuces dans ta boîte mail !

POUR ALLER PLUS LOIN :